Comment arrêter de fumer sans grossir avec la cigarette électronique ?

Comment arrêter de fumer sans grossir avec la cigarette électronique ?
 

Tous les professionnels de santé de bonne foi le savent : les régimes alimentaires ne sont efficaces que dans 1% des cas. La plupart du temps, le sujet maigrit, puis reprend au bout de quelques mois son poids et même davantage. C’est pour cette raison que les diététiciens préconisent plutôt une alimentation raisonnée à long terme qui n’interdit aucun aliment mais impose seulement une composition de repas équilibrée.
Venons en maintenant à la question qui nous intéresse : l’arrêt du tabac et la prise de poids qu’il entraîne généralement. Si se sevrer du tabac n’est pas une chose simple, conserver sa ligne en pareilles circonstances est tout aussi délicat.

L’échec des régimes au cours du sevrage

Aucun étude ne peut corroborer cet enseignement tiré d’expériences personnelles mais force est de constater que nous connaissons tous dans notre entourage des cas de fumeurs ayant procédé à un régime alimentaire lorsqu’ils ont décidé de mettre fin à leur consommation de tabac et dont la courbe de poids s’est mis pourtant à grimper. Nous le disions, les régimes ne fonctionnent pas mais c’est uniquement après-coups que l’on mesure leur inefficacité. Dans un premier temps, le poids recule avant de reprendre son niveau initial quand le régime se termine. Dans le cas d’un sevrage du tabac, les choses sont différentes : le régime alimentaire n’a tout simplement aucun effet sur le poids du sujet. Ou pire, ce poids augmente.

L’effet du tabac sur l’organisme

La composition du tabac est tellement complexe qu’il est difficile pour la communauté scientifique de connaître les effets de chaque composant de la cigarette sur notre corps. Outre la nicotine, l’industrie du tabac a ajouté volontairement à ses cigarettes de nombreux additifs de manière à aggraver l’addiction du fumeur à la cigarette. Ces adjuvants sont au nombre de 7000 et on peut supposer que l’absence brutale de ces substances contribue à la prise de poids de la personne en question, à la fois sur le plan chimique que sur l’aspect psychologique : d’une part, par l’insatisfaction produit par le manque de ces composés chimiques. D’autre part, par l’effet chimique de ces substances sur l’organisme avant que le sevrage ne débute : on sait par exemple que le tabac a tendance à réduire l’appétit du fumeur et ces additifs doivent participer à cette sensation. Nous allons voir comment la cigarette électronique va contrebalancer cette frustration du fumeur au moyen d’une vapeur provenant d’un arome et liquide.

L’aide de la cigarette électronique pour maintenir son poids

Si la cigarette électronique est incapable de restituer, et c’est heureux, ces 7000 additifs très nocifs pour la santé, elle est en mesure d’offrir à l’ancien fumeur son ancienne fumée sous la forme d’une vapeur, son hit (sensation agréable dans le pharynx quand il aspire la fumée ou la vapeur) et la saveur qu’il affectionne tant, ainsi que bien évidemment la nicotine qui lui procure du plaisir au niveau de son cerveau. La cigarette électronique va plus loin que les patchs et autres substituts qui entendent seulement aider le fumeur en lui administrant une dose de nicotine. Même si aucune démonstration scientifique ne permet de le prouver, il semble que les cigarettes électroniques parviennent également à compenser la frustration ressentie par le fumeur en reproduisant un hit, une saveur et une fumée inoffensive. C’est sans doute grâce à cette satisfaction quoique relative que le sujet réussit à garder son poids comme il était au moment où le fumeur a cessé le tabagisme. Si besoin, vous trouverez des informations complémentaires sur la cigarette électronique dans cette rubrique : www.smokeway.fr

Peu de danger avec la cigarette électronique

L’efficacité de la cigarette électronique est aujourd’hui confirmée par le Public Health England (dépendant du ministère de la santé britannique), l’Acédemie de médecine et l’Académie de pharmacie de France, ainsi que le Haut Conseil de santé publique (français). Et sa moindre dangerosité par rapport à la cigarette à combustion est saluée par l’ensemble de la communauté scientifique. Il est évident que l’absence de goudrons, de monoxyde carbone et des 7000 additifs du tabac ont leur grande part dans l’innocuité de la cigarette électronique. Mais si un danger existe, il survient seulement si le dispositif n’est pas utilisé dans le respect des règles d’usage (par exemple, implosion) et si l’utilisateur n’a jamais fumé de sa vie, ce qui est rarement le cas, il faut bien l’avouer. Si vous souhaitez vous document sur cette question de danger de la cigarette électronique, voici un dossier complet : http://www.smokeway.fr/content/124-risque

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *